Passer du manuscrit à l'objet "livre"

Vous venez de terminer votre manuscrit ? Félicitations !

La partie création est terminée et vous pouvez être fier/ère de vous !

N’oubliez jamais qu’auparavant il n’y avait rien et que grâce à votre travail et votre rigueur, il existe désormais un texte. Cela vous a demandé probablement de l’abnégation et de l’effort, et bien peu de gens sont capables d’aller au bout d’un projet littéraire.

Toutefois, en dépit de cet énorme travail, une autre tâche se profile, et non la plus simple ! En effet, il s'agit maintenant de rendre votre manuscrit existant pour les autres. Il faut qu'il soit lisible, compréhensible, agréable, prenant et... édité !

Malheureusement et heureusement, tout ce qui a été écrit n’a pas forcément sa place sur la scène littéraire.

Une grande maison d’édition type Gallimard reçoit en moyenne 25 manuscrits par jour (je vous laisse faire le calcul pour une année) et opte donc pour un tri sur le volet. Qui plus est, il me faut ajouter qu’éditer un primo-romancier est généralement une perte d’argent pour une maison, même si cela est essentiel pour ne pas scléroser le monde des livres.

En bref : si vous êtes un primo-romancier qui balance son manuscrit au service des manuscrits des plus grandes maisons, vous avez une chance avoisinant les 0,5% d’être publié.

Pourquoi ? Parce qu’on n’envoie pas un texte tous azimuts. Chaque maison a sa ligne éditoriale (non, ce n’est pas qu’une phrase des lettres de refus) et son quota de primo-romans. Au même titre que vous n’envoyez pas votre CV pour répondre à tous les postes qui sont sur le marché, vous ne devez pas envoyer votre manuscrit sans réfléchir sérieusement à qui cela pourrait plaire. Vous risquez de vous griller définitivement. Et ceci encore plus si vous envoyez un manuscrit truffé de fautes avec une mise en page non conforme à l’usage.

Mais… si cela peut vous rebuter, ne perdez pas de vue que beaucoup de premiers romans voient le jour et que cela n’est pas si sorcier. Il faut juste accorder un véritable crédit à cette phase de recherche d’éditeurs et ne pas considérer que cela se fera rapidement une fois votre manuscrit achevé.

Mon travail est de vous aider à y parvenir. Avis franc, correction, mise en page, relecture, conseils pour la réécriture, représentation : je vous accompagne pour une étape précise ou pour l'ensemble.

N'oubliez jamais que la partie qui suit la création littéraire demande du temps et de l'énergie... Alors allons-y !

 

Georgia